Dans une monographie à paraître, le Circ classe les fumées de soudage et les rayonnements UV issus des opérations de soudage parmi les agents cancérogènes avérés pour l'Homme. Elles étaient jusque là dans la liste des cancérogènes possibles.

En 1989, le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) classait les fumées issues du soudage dans la catégorie 2B, c'est-à-dire comme agent possiblement cancérigène pour l'Homme. Depuis, "de nouvelles preuves substantielles" ont été accumulées. Alors, dans une monographie à paraître, le Circ les classera parmi les agents cancérogènes avérés pour l'Homme (catégorie 1), expliquent dix scientifiques dans un article publié dans la revue spécialisée The Lancet en mai 2017, relatant la décision prise un mois plus tôt. 

Tous les procédés de soudage émettent des fumées qui peuvent être inhalées par les soudeurs et les personnes qui travaillent à proximité. Ces fumées sont produites lorsque les métaux chauffés au-dessus de leur point de fusion se vaporisent et se condensent en fines particules. Elles sont constituées de gaz et de poussières susceptibles d'atteindre la région alvéolaire de l'appareil respiratoire.  

Cancer du poumon : des preuves suffisantes

Les études récentes montrent une augmentation des risques de cancer du poumon chez les soudeurs mais également chez les autres travailleurs exposés aux fumées de soudage. Les informations accumulées permettent d’établir un lien de causalité clair entre l’exposition et la maladie. Les auteurs de l'article se fondent entre autres sur plus de vingt études cas-témoins et près de trente études de cohorte professionnelles ou basées sur la population. Ils précisent bien que l'exposition à l'amiante et le tabagisme, qui sont des facteurs de confusion potentiels importants, n'ont pas pu expliquer le risque accru de cancer du poumon observé chez les soudeurs. 

Selon les experts du Circ, l’exposition aux fumées de soudage pourrait également être impliquée dans la survenue du cancer du rein. En revanche, les preuves sont trop "limitées" aujourd’hui pour démontrer un lien avéré. Pour tous les autres cancers, les preuves de cancérogénicité sont encore insuffisantes.

Les UV responsables de mélanomes oculaires

Aussi, d'après les scientifiques, les rayonnements ultraviolets émis lors du soudage à l’arc constituent un facteur de risque de mélanome oculaire, une forme rare de tumeur maligne de l’œil. Selon les études disponibles, les activités de soudage à l’arc augmenteraient de 2 à 10 fois les risques de survenue du mélanome oculaire. Les ultraviolets sont déjà qualifiés depuis plusieurs années cancérogènes avérés pour l'Homme par le Circ. D’après les chiffres exposés dans l’article de The Lancet, 11 millions de travailleurs dans le monde ont un titre de soudeur et environ 110 millions de travailleurs supplémentaires encourent probablement des expositions liées au soudage. Selon l'étude Sumer, en France, ils seraient actuellement 680 000 à être exposés, à temps partiel ou à temps plein.