La dernière réunion des négociations annuelles obligatoires s’est terminée hier sur le constat qu’il n’y a pas eu de négociations. En effet lors de la précédente réunion, la direction avait refusé toutes les revendications, sous prétexte que cela avait été évoqué lors de la négociation des nouveaux accords d’entreprise en fin d’année dernière, suite à la dénonciation par la direction de Kership Lorient des accords STX.

Pour la CGT la direction profite qu’elle a mis en place la grille Piriou pour dire qu’il y a eu des avancées, pourtant c’est bien deux choses différentes.

L’équipe dirigeante a annoncé qu’elle donnait une enveloppe d’augmentation individuelle de 1,25% de la masse salariale pour environ un tiers du personnel, c’est à dire 13 salariés et rien du tout en augmentation générale.

La délégation CGT s’est offusquée de ce régime minceur et a promis qu’en cas de reprise de l’activité au Rohu les salariés mécontents iraient sur des débrayages. Nous avons demandé qu’au moins le pouvoir d’achat soit maintenu à hauteur de l’indice INSEE hors tabac, 1% fin mars.

Nous savons bien que les résultats 2017 et les perspectives 2018 ne sont pas réjouissants mais quand même, la direction doit motiver tout le monde et non pas les plus « méritants » comme elle aime le dire !

Suite à nos remarques, la direction a proposé une suspension de séance de 5 minutes et nous a annoncé une augmentation générale de 0,44% comme l’année dernière…5€ net par mois !

Comme l’année dernière, certains auront à manger et d’autres de l’appétit…

C’est maintenant aux salariés de s’exprimer sur ces propositions patronales…

Nous précisons que la CGT ne signe pas d’accord quand l’A.G est inférieure à l’A.I (sauf quand c’est 3 et 5%) !

Même pas 1% en A.G en deux ans, on se croirait revenu à l’époque STX. Pourtant on nous avait dit, « vous allez voir, ça va changer avec Piriou…du travail, des perspectives » !

Pour changer ça a changé : le pouvoir d’achat diminue, il n’y a pas de commandes, des démissions, ruptures conventionnelles ou licenciement est devenu la norme pour les effectifs du Rohu ! Jusqu’à quand ?

 

Si certains part le passé ont connu « les jours heureux », nous nous attendons des jours meilleurs depuis au moins 15 ans.