Le syndicat CGT de Kership Lorient souhaite à tous les salariés et à leurs proches une bonne et heureuse année 2018. Nous espérons tous quelle soit bonne en termes de santé, d’argent, de bonheur et de travail ! Mais la réalité est souvent tout autre …

Prenons le travail par exemple ; le chantier du Rohu a été repris il y a 15 mois par l’association Piriou/Naval Group avec un plan de charge très conséquent dont deux bateaux à construire : le roulier de Groix et le BSAH 3. Ces navires terminés, en décembre la direction a fait une demande de chômage partiel pour  d’abord trois mois à partir de janvier, qui peut être prolongée de trois nouveau mois en avril.

En effet, il n’y a plus de commandes à part celles en cours sur Fremm pour Naval Group et le personnel pour ne pas être au chômage partiel est dispatché au Chantier Piriou à Concarneau et chez Naval Group Lorient en attendant une éventuelle commande.

C’est pour cela que le chantier du Rohu a été mis en sommeil ! Vous vous rendez compte que c’est la première fois que cela arrive depuis sa construction au milieu des années 1990 ! Ce n’est pas normal !

Ces perspectives de travail  ont obligatoirement un impact sur le bonheur et la santé. Quel bonheur d’aller au travail quand vous ne savez pas si dans 6 mois vous serez encore dans l’entreprise…

Cela a des conséquences sur la santé : stress, incertitude du lendemain, inquiétude sur l’avenir pour soi mais aussi pour sa famille.

Un élément important à prendre en compte depuis décembre, ceux sont les démissions ! Elles s’accumulent, 3 en décembre et surement d’autres à venir.

Quand les salariés ont des perspectives ils restent, sauf si on les pousse à démissionner. Ce qui interroge, c’est que les démissions, pour la plupart, ont lieu chez les administratifs et les techniciens. Admettons que le chantier repart, qui va s’occuper des études, de la qualité, de l’administratif, etc,  s’il n’y a plus personne…Si la direction ne retient pas ses salariés c’est qu’elle n’a pas de perspectives et qu’elle veut diminuer les frais généraux en supprimant les « improductifs ».

Le président de Kership nous a dit que dans trois mois, il aurait plus d’informations, c'est-à-dire fin mars après les élections professionnelles.

Les projets ultra confidentiels présentés en CE à la demande de la Direccte vont-ils déboucher par une signature ? Il faut l’espérer sinon c’est un PSE qui nous attend !

A moins que les contrats attendus par Naval Group soient signés rapidement et permettent de nous donner les 50 000 heures prévus dans leur engagement initial.

Il y a beaucoup d’incertitudes, ce qui ne permet pas aux salariés d’être concentrés sur leur travail quotidien. Lors de la prochaine réunion du comité d’entreprise, la direction devra apporter des solutions et des perspectives sinon les salariés pourraient être appelés à se mobiliser pour avoir des réponses.

Nous appellerons les salariés à voter massivement pour notre syndicat lors des élections professionnelles à la fin du trimestre. Nous les appelons à se syndiquer pour maintenir un rapport de force indispensable face au patronat qui ne cherche qu’à diminuer nos droits et nos conquis sociaux.

Il faut rester vigilant devant cette situation pleine d’incertitude, qui encore une fois n’augure rien de bon pour cette année, alors  qu’au départ nous la souhaitions bonne et heureuse.

 

ON LACHE RIEN !