Concernant les orientations stratégiques pour 2018, les élus CGT du comité d’entreprise Kership Lorient ont pris connaissance sur le papier en tout cas, que les perspectives de commandes et de plan de charge sont alléchantes, mais dans la réalité il n’en est rien.

 

Aucune commande n’est signée et la seule certitude pour le personnel c’est que l’activité est déplacée soit sur le site de Naval Group soit du Chantier Piriou à Concarneau et que du chômage partiel est programmé.

 

De plus les perspectives sont toutes militaires alors que la CGT prône depuis des années une diversification des activités afin de ne pas être tributaire de ce seul marché militaire.

La construction navale civile doit être un pilier de l’activité navale du Rohu et le service commercial de Kership doit s’y atteler dès maintenant pour répondre aux besoins et appels d’offres qui existent dans ce pays.

Pourquoi ne pas interroger la communauté d’agglomération du Pays de Lorient qui a des besoins en navire trans-rade dont un électrique.

Le Ceser Bretagne annonce que 50% de la flotte de bateaux de pêche est à renouveler dans les 5 ans, c’est une piste à étudier.

 

Sur les perspectives d’emploi le compte n’y est pas. Où est l’engagement de 30 embauches sur 5 ans. Les seules perspectives d’emplois sont précaires avec le recours aux intérimaires et le « dumping social » avec les salariés détachés, qui sur ce site sont en surnombre par rapport à notre effectif.

Nous revendiquons une embauche pour un départ en retraite, pour une longue maladie ou pour une démission car si vous ne faites rien, c’est la perte des compétences qui attend l’entreprise et par conséquence la fin de ce chantier naval, sauf si votre objectif est de ne faire travailler que des salariés détachés.

 

Pour toutes ces raisons, les élus CGT du CE Kership Lorient donnent un avis défavorable à ces orientations stratégiques.