Le 7 octobre cela fera un an, que Kership Lorient a repris le site du Rohu !

Rappelez-vous ce qui vous avait été dit par les deux actionnaires Piriou et DCNS :

« Nous venons là sur du long terme, nous sommes des industriels avec des perspectives pour 5 ans, il y a des commandes : CG56, BSAH et un engagement fort de DCNS avec 50 000 heures données chaque année au Rohu. »

C’est vrai que dès le début et jusqu’à maintenant il y a eu de l’activité. Cette activité a donné du travail constamment aux salariés de Kership et à quelques sous-traitants locaux mais a surtout développée le dumping social en faisant appel aux travailleurs détachés et qui n'a pas permis au bassin lorientais d'en profiter totalement.

Il y a eu de l’intérim, mais sans aucune embauche en production comme c’était promis, avec 30 embauches prévues en 5 ans. Un salarié partant en retraite a été remplacé et 3 cadres et 2 ETDA ont été embauchés.

Le problème c’est que cela ne risque plus d’arriver, car le plan de charge pour 2018 est inexistant si ce n’est quelques jonctions de blocs à faire sur le site de Naval Group, qui lui aussi est en sous charge en production, certains ouvriers étant parti sur Cherbourg ou Toulon en déplacement.

Les trois mois qui nous séparent de l’an prochain permettent simplement d’avancer des blocs Fremm au Rohu, pourtant prévu plus tard et aux salariés du chantier Piriou de finir l’armement du BSAH 3.

 

Il y a le feu au lac, car sans commandes nous savons tous comment cela se passe dans une entreprise.  Après avoir connu le lancement d’un PSE il y a bientôt 3 ans, nous espérons autre chose de nos nouveaux propriétaires.

Pour l’instant rien n’est perdu, mais c’est à notre direction de nous apporter des garanties très rapidement sur la continuité de l’activité, d’apporter de nouvelles commandes comme elle l’avait annoncé en début d’année ou sinon le syndicat CGT appellera les salariés à se mobiliser contre cette mascarade.

Nous en appellerons aux élus locaux qui ont soutenu cette reprise par les deux actionnaires actuels, à se mettre en marche pour sauver le chantier du Rohu, comme ils ont avalisé il y a un an la reprise du chantier à STX !

 

Allons-nous vers un nouveau PSE ?

Si c'est le cas les salariés ne l’accepteront pas les bras croisés !