ACTUALITES DE LA CGT NAVALE ROHU LANESTER

18 mai 2018

NAO 218 : Résultat décevant, comme prévu !

 

La dernière réunion des négociations annuelles obligatoires s’est terminée hier sur le constat qu’il n’y a pas eu de négociations. En effet lors de la précédente réunion, la direction avait refusé toutes les revendications, sous prétexte que cela avait été évoqué lors de la négociation des nouveaux accords d’entreprise en fin d’année dernière, suite à la dénonciation par la direction de Kership Lorient des accords STX.

Pour la CGT la direction profite qu’elle a mis en place la grille Piriou pour dire qu’il y a eu des avancées, pourtant c’est bien deux choses différentes.

L’équipe dirigeante a annoncé qu’elle donnait une enveloppe d’augmentation individuelle de 1,25% de la masse salariale pour environ un tiers du personnel, c’est à dire 13 salariés et rien du tout en augmentation générale.

La délégation CGT s’est offusquée de ce régime minceur et a promis qu’en cas de reprise de l’activité au Rohu les salariés mécontents iraient sur des débrayages. Nous avons demandé qu’au moins le pouvoir d’achat soit maintenu à hauteur de l’indice INSEE hors tabac, 1% fin mars.

Nous savons bien que les résultats 2017 et les perspectives 2018 ne sont pas réjouissants mais quand même, la direction doit motiver tout le monde et non pas les plus « méritants » comme elle aime le dire !

Suite à nos remarques, la direction a proposé une suspension de séance de 5 minutes et nous a annoncé une augmentation générale de 0,44% comme l’année dernière…5€ net par mois !

Comme l’année dernière, certains auront à manger et d’autres de l’appétit…

C’est maintenant aux salariés de s’exprimer sur ces propositions patronales…

Nous précisons que la CGT ne signe pas d’accord quand l’A.G est inférieure à l’A.I (sauf quand c’est 3 et 5%) !

Même pas 1% en A.G en deux ans, on se croirait revenu à l’époque STX. Pourtant on nous avait dit, « vous allez voir, ça va changer avec Piriou…du travail, des perspectives » !

Pour changer ça a changé : le pouvoir d’achat diminue, il n’y a pas de commandes, des démissions, ruptures conventionnelles ou licenciement est devenu la norme pour les effectifs du Rohu ! Jusqu’à quand ?

 

Si certains part le passé ont connu « les jours heureux », nous nous attendons des jours meilleurs depuis au moins 15 ans.

Posté par CGT NAVALE ROHU à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 avril 2018

NAO 2018 : DES NEGOCIATIONS INEXISTANTES !

Jeudi 12 avril a eu lieu la première réunion des Négociations Annuelles Obligatoires, que l’on appelle plus communément négociation salariale ! Lors de cette première réunion, des documents sont remis aux organisations syndicales représentatives dans l’entreprise (chez nous la CGT) pour une analyse et un calendrier est fixé pour les prochaines réunions.

La direction a programmé une seule réunion le 19 avril ou il est de coutume et dans la réglementation de présenter les revendications des salariés. Ce que nous avons fait !

La direction, « toujours attachée à un dialogue social de qualité », a balayé toutes les revendications d’un revers de la main en riant au nez sur la revendication des 32 heures. Il est évident que pour la direction de Kership Lorient, comme beaucoup d’autres directions d’entreprises, la baisse du temps de travail n’est pas pour demain.

Plutôt que d’aller vers le progrès social en diminuant le temps de travail et en embauchant pour diminuer le chômage de masse et travailler tous ou presque, les directions préfèrent faire travailler plus, revenir aux 40 heures/semaine, au risque d’augmenter les accidents du travail et les maladies professionnelles, ainsi que de diminuer la durée de vie en retraite. On appelle ça l’effet Macron !

 

La direction refusant toutes les revendications de la CGT, aurait malgré tout dû annoncer le montant de l’augmentation générale négociable et éventuellement l’individuelle mais il n’en a rien été, le Président de Kership Lorient renvoyant son annonce aux calendes grecques et au retour du délégué syndical absent pour maladie. Comme disait la pub « un être vous manque et l’entreprise peut s’arrêter » !

 

Aujourd’hui 25 avril, la direction nous a communiqué la prochaine date de négociation : ce sera le 16 mai. C’est un peu loin, mais dû aux ponts et viaducs de ce merveilleux moi de mai, qui il y a 50 ans avait changé la France, avec ce grand mouvement contestataire qui a apporté toutes les avancées sociales que Macron et le Medef cherchent à nous enlever maintenant !

 

Concernant notre plan de charge rien de nouveau, les OPV Argentins annoncés dans la presse ne sont toujours pas signés et la plupart du personnel est en prêt à Naval Group.

Ce jour, la CGT de l’Arsenal s’est exprimée dans la presse concernant son inquiétude de l’alliance avec Fincantieri et en demandant l’embauche des salariés de Kership Lorient à Naval Group.

Le premier point aura surement des conséquences sur l’effectif des deux entreprises, mais peut aussi avoir un impact sur Kership étant donné que Naval Group en est l’un des actionnaires.

Sur l’embauche  des salariés du Rohu dans Naval Group notre syndicat ne s’y opposerait pas !

Il vaut mieux être dans une grande entreprise structurée qui a un plan de charge que dans une petite entreprise qui n’a pas pris de commande depuis le rachat du Rohu, qui met ses ateliers en sommeil, demande du chômage partiel à la Direccte et prête son personnel.

Naval Group a assez d’aisance financière pour racheter le Rohu tout seul !

On peut parier que des contrats vont être signés, sinon nous aurions surement eu droit à un plan de licenciement en début d’année. Mais rien n’est sur, nous le savons par expérience !

Posté par CGT NAVALE ROHU à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mars 2018

RESULTAT DES ELECTIONS PROFESSIONNELLES DU 29 MARS 2018

Voici les résultats du premier tour des élections professionnelles du 29 mars chez Kership Lorient avec la mise en place du Conseil Social et Economique pour 3 ans.

Il faut noter qu’il n’y avait pas de candidats au second collège.

1er collège titulaires : 31 inscrits

Votants : 20

Abstentions : 35,48%

Total des voix recueillis par la liste CGT : 58

Pourcentage liste CGT titulaires : 96,65%

3 élus

1er collège suppléants : 31 inscrits

Votants : 20

Abstentions : 35,48%

Total des voix recueillies par la liste CGT : 60

Pourcentage liste CGT suppléants : 100%

3 élus

Notre syndicat remercie tout ceux qui ont voté pour notre liste et continuent de faire confiance à la CGT pour défendre l’ensemble des revendications.

Le seul point négatif est l’abstention qui est 2 fois plus élevée qu’en 2014. Cela nous interroge vu l’implication qu’ont eu les élus CGT pendant tout le PSE, la vente de l’entreprise, la défense des accords face à la direction de Kership Lorient et les efforts  du CE pour tous les salariés en termes d’accès aux vacances, au sport et à la culture ainsi qu’aux activités de fin d’année.

Malgré tout, dans un contexte ou la CGT est attaquée de toutes parts par le Medef et le gouvernement, ce résultat dans l’entreprise nous conforte dans notre action de tous les jours.

Malgré la baisse des effectifs nous continuerons à porter le droit au progrès social.

 

Nous continuerons à faire respecter le code du travail et les droits des salariés.

 

MERCI DE VOTRE CONFIANCE ET VIVE LA CGT

Posté par CGT NAVALE ROHU à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2018

UNE SANCTION DISPROPORTIONNE !

Il y a un peu plus de 15 jours un de nos collègues a eu un entretien disciplinaire pour une faute que la direction lui reprochait. A cet entretien il était accompagné d'un élu CGT qui a demandé la clémence.

La direction a rendu sa décision vendredi 16 mars.

 

C'est un licenciement pour faute simple qui est tombé !

 

C'est totalement disproportionné et nous pensons qu’une sanction plus légère aurait largement suffit par rapport à ce que la direction lui reprochait.

Mais voilà celle-ci veut faire un exemple avec un salarié qui a dénoncé le disfonctionnement récurrent de l'organisation de l'entreprise.

 

En tant que syndicat nous ne pouvons l'accepter.

En tant que salariés nous ne pouvons l'accepter, car derrière il y a aussi une famille avec toutes les conséquences que cela peut avoir.

 

Nous revendiquons l'annulation de cette sanction et la réintégration de notre collègue soudeur à son poste de travail.

Nous demandons également, vu l'effectif insuffisant en production, l'embauche des salariés intérimaires qui le souhaitent.

 

Face à la répression (c'est ce qui arrive souvent lors d'un plan de charge en très grande baisse) de la direction, nous appelons les salariés Kership Lorient et les intérimaires à faire la grève des heures supplémentaires tous les vendredis après midi jusqu'à que la direction annule le licenciement.

 

UNIS ET SOLIDAIRES !

Posté par CGT NAVALE ROHU à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janvier 2018

EN 2018, CA PASSE OU CA CASSE !

Le syndicat CGT de Kership Lorient souhaite à tous les salariés et à leurs proches une bonne et heureuse année 2018. Nous espérons tous quelle soit bonne en termes de santé, d’argent, de bonheur et de travail ! Mais la réalité est souvent tout autre …

Prenons le travail par exemple ; le chantier du Rohu a été repris il y a 15 mois par l’association Piriou/Naval Group avec un plan de charge très conséquent dont deux bateaux à construire : le roulier de Groix et le BSAH 3. Ces navires terminés, en décembre la direction a fait une demande de chômage partiel pour  d’abord trois mois à partir de janvier, qui peut être prolongée de trois nouveau mois en avril.

En effet, il n’y a plus de commandes à part celles en cours sur Fremm pour Naval Group et le personnel pour ne pas être au chômage partiel est dispatché au Chantier Piriou à Concarneau et chez Naval Group Lorient en attendant une éventuelle commande.

C’est pour cela que le chantier du Rohu a été mis en sommeil ! Vous vous rendez compte que c’est la première fois que cela arrive depuis sa construction au milieu des années 1990 ! Ce n’est pas normal !

Ces perspectives de travail  ont obligatoirement un impact sur le bonheur et la santé. Quel bonheur d’aller au travail quand vous ne savez pas si dans 6 mois vous serez encore dans l’entreprise…

Cela a des conséquences sur la santé : stress, incertitude du lendemain, inquiétude sur l’avenir pour soi mais aussi pour sa famille.

Un élément important à prendre en compte depuis décembre, ceux sont les démissions ! Elles s’accumulent, 3 en décembre et surement d’autres à venir.

Quand les salariés ont des perspectives ils restent, sauf si on les pousse à démissionner. Ce qui interroge, c’est que les démissions, pour la plupart, ont lieu chez les administratifs et les techniciens. Admettons que le chantier repart, qui va s’occuper des études, de la qualité, de l’administratif, etc,  s’il n’y a plus personne…Si la direction ne retient pas ses salariés c’est qu’elle n’a pas de perspectives et qu’elle veut diminuer les frais généraux en supprimant les « improductifs ».

Le président de Kership nous a dit que dans trois mois, il aurait plus d’informations, c'est-à-dire fin mars après les élections professionnelles.

Les projets ultra confidentiels présentés en CE à la demande de la Direccte vont-ils déboucher par une signature ? Il faut l’espérer sinon c’est un PSE qui nous attend !

A moins que les contrats attendus par Naval Group soient signés rapidement et permettent de nous donner les 50 000 heures prévus dans leur engagement initial.

Il y a beaucoup d’incertitudes, ce qui ne permet pas aux salariés d’être concentrés sur leur travail quotidien. Lors de la prochaine réunion du comité d’entreprise, la direction devra apporter des solutions et des perspectives sinon les salariés pourraient être appelés à se mobiliser pour avoir des réponses.

Nous appellerons les salariés à voter massivement pour notre syndicat lors des élections professionnelles à la fin du trimestre. Nous les appelons à se syndiquer pour maintenir un rapport de force indispensable face au patronat qui ne cherche qu’à diminuer nos droits et nos conquis sociaux.

Il faut rester vigilant devant cette situation pleine d’incertitude, qui encore une fois n’augure rien de bon pour cette année, alors  qu’au départ nous la souhaitions bonne et heureuse.

 

ON LACHE RIEN !

Posté par CGT NAVALE ROHU à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 décembre 2017

ANALYSE DES ACCORDS D’ENTREPRISE

Après plusieurs mois de négociation, les accords ont été signés par les organisations syndicales de Kership Lorient et plus particulièrement par le syndicat majoritaire, la CGT, après avoir consulté les salariés.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la négociation n’a pas été loyale, car la direction a voulu imposer la signature des 6 accords dans ce qu’elle a appelé un « package » sinon elle ne signait aucun accord !

Nous venons de connaitre la négociation à la mode Piriou, avec du chantage et en particulier sur la pérennité de l’entreprise en cas de non signature. Vu la peur entrevue dans les yeux de certains salariés et quelques avancées sociales nous avons donc signé.

 

Voici en détail ce qui va s’imposer à tous les salariés en CDI, CDD et intérimaires :

  • La grille de salaire des Chantiers Piriou est imposée avec l’intégration des primes et une  augmentation du tarif horaire de chacun, pour atteindre les différents niveaux de la nouvelle grille, qui ne supprime pas le coefficient actuel des salariés.

 

K1-1

K1-2

K1-3

K2-1

K2-2

K2-3

K3-1

K3-2

K3-3

KOHQ-

KOHQ+

9,85€

 10,46€

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’absolu chacun se paie une partie de l’augmentation de salaire, mais ceux-ci augmenteront en plus de 1,5% à 4,8%, ce qui démontre qu’en production nous étions mal payés chez STX !

  • Les personnels n’étant pas dans cette grille se voient attribués une rémunération individuelle, ce qui semble une façon très opaque pour les techniciens et ingénieurs n’ayant pas le statut cadre.
  • Pas de modification pour les cadres.
  • Le calcul de la prime d’ancienneté  va diminuer car la valeur du point est de 4,37€ dans le Morbihan à la place de 5,17€ chez STX. Les nouveaux embauchés et ceux n’étant pas arrivés à 15 ans d’ancienneté gagneront moins d’argent.
  • Chaque salarié ayant atteint  25 ans et 30 ans d’ancienneté se verra attribuer respectivement 4 et 5 jours de congés d’ancienneté.
  • Le paiement du 13ème mois restera versé en deux fois chaque année.
  • Le montant de l’indemnité de transport descend à 4€/mois suite à l’application d’une loi de 1948.
  • La prime d’habillage ne sera plus que de 50€ par an au lieu de 143,63 et sera versé sur la paie de janvier.
  • Le travail de nuit est payé à 100%.
  • La subrogation est mise en place en cas d’arrêt maladie.
  • Une prime de panier est versée lorsque le personnel travaille en décalé ou en 2x8, d’un montant égal à ½ heure du salaire du taux effectif de chaque salarié conformément à l’article 21 de la Convention Collective.

Ce panier sera versé également pour les salariés travaillant sur le site de Naval Group, point arraché à la direction pour la signature des accords.

  • La cantine est supprimée.
  • Les congés pour évènements familiaux sont modifiés par l’application de l’ordonnance Macron : mariage d’un enfant 1 jour au lieu de 2, annonce de la survenue d’un handicap chez un enfant 2 jours, décès du conjoint 3 jours au lieu de 5, décès frère-sœur, beau parents 3 jours au lieu de 2. Les jours pour décès d’un beau fils, belle fille, d’un gendre, d’une bru, d’un oncle, d’une tante, d’un neveu, d’une nièce, d’un beau frère, d’une belle sœur, qui étaient de 2 ou 1 jours sont supprimés.
  • Les horaires de travail sont modifiés avec pour le lundi, mardi, mercredi et jeudi : de 7h45 à 12h00 et 13h00 à 16h45 et le vendredi de 7h45 à 12h15.
  • Les jours RTT sont toujours de 9,5 jours/an mais avec 5 jours pour l’employeur et 4,5 pour le salarié pris avec accord de l’employeur pendant les périodes de faible activité (sur ce point nous ne sommes pas d’accord). Pas de changement pour le Compte Epargne Temps.
  • La modulation reste possible avec 175 heures supplémentaires par an et 220 heures sans modulation.
  • Les pauses café de 7 mn sont maintenues.

 

Concernant la Prévoyance et la Mutuelle c’est fini pour Humanis et Harmonie, place au cabinet Verlingue qui négocie directement avec l’assureur ALLIANZ.

  • Pour la Prévoyance la part salariale est de 0,66% du salaire brut tranche A et B au lieu de 1,11% chez Humanis, mais avec un accord moins favorable que les cadres.
  • Pour la Mutuelle sur le régime de base, la cotisation est de 33,33% du PMSS pour le salarié dans le régime famille c'est-à-dire 31,46€, auquel il faut ajouter 10€ pour le conjoint non à charge. Ce qui fait 41,46€ au lieu de 39,20€ chez Harmonie.
  • Pour le régime surcomplémentaire la part salariale est de 0,39% du PMSS c’est-à-dire 12,90€ auquel il faut ajouter 5€ pour le conjoint non à charge. Ce qui fait un total de 17,90€ au lieu de 23,50€ chez STX.
  • Au total si les salariés prennent la surcomplémentaire, ils paient 59,36€ au lieu de 62,70€ chez STX. C’est gagnant sur le prix mais avec des prestations qui ont varié à la hausse ou à la baisse selon les cas, que vous découvrirez dans les documents remis par la direction.

 

Concernant l’accord sur les droits des Instances Représentatives du Personnel, il est forcément moins intéressant qu’avant, car la direction applique les ordonnances Macron  et qui dit moins de droits pour les délégués, dit moins de temps pour défendre vos droits et conquérir de nouveaux.

De plus dans le groupe Piriou, nous sommes la seule entreprise à avoir des organisations syndicales, et comme nous connaissons « l’amour du syndicalisme » de son Président, nous ne sommes pas surpris.

 

Pour maintenir ce contre pouvoir et un éventuel, rapport de force, nous vous appellerons à voter massivement pour les candidats de la liste CGT lors des prochaines élections au Comité Social et Economique au mois de mars 2018.

 

Pour terminer cette année mouvementée, le syndicat CGT souhaite à toutes et à tous ainsi qu’à vos familles, de joyeuses fêtes de fin d’année.

 

Posté par CGT NAVALE ROHU à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 décembre 2017

Déclaration des élus CGT du comité d’entreprise Kership Lorient sur les orientations stratégiques 2018

Concernant les orientations stratégiques pour 2018, les élus CGT du comité d’entreprise Kership Lorient ont pris connaissance sur le papier en tout cas, que les perspectives de commandes et de plan de charge sont alléchantes, mais dans la réalité il n’en est rien.

 

Aucune commande n’est signée et la seule certitude pour le personnel c’est que l’activité est déplacée soit sur le site de Naval Group soit du Chantier Piriou à Concarneau et que du chômage partiel est programmé.

 

De plus les perspectives sont toutes militaires alors que la CGT prône depuis des années une diversification des activités afin de ne pas être tributaire de ce seul marché militaire.

La construction navale civile doit être un pilier de l’activité navale du Rohu et le service commercial de Kership doit s’y atteler dès maintenant pour répondre aux besoins et appels d’offres qui existent dans ce pays.

Pourquoi ne pas interroger la communauté d’agglomération du Pays de Lorient qui a des besoins en navire trans-rade dont un électrique.

Le Ceser Bretagne annonce que 50% de la flotte de bateaux de pêche est à renouveler dans les 5 ans, c’est une piste à étudier.

 

Sur les perspectives d’emploi le compte n’y est pas. Où est l’engagement de 30 embauches sur 5 ans. Les seules perspectives d’emplois sont précaires avec le recours aux intérimaires et le « dumping social » avec les salariés détachés, qui sur ce site sont en surnombre par rapport à notre effectif.

Nous revendiquons une embauche pour un départ en retraite, pour une longue maladie ou pour une démission car si vous ne faites rien, c’est la perte des compétences qui attend l’entreprise et par conséquence la fin de ce chantier naval, sauf si votre objectif est de ne faire travailler que des salariés détachés.

 

Pour toutes ces raisons, les élus CGT du CE Kership Lorient donnent un avis défavorable à ces orientations stratégiques.

 

 

 

 

Posté par CGT NAVALE ROHU à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 novembre 2017

APPEL A LA MOBILISATION CONTRE LES ORDONNANCES MACRON ET TOUT LE RESTE !

JEUDI 16 NOVEMBRE RASSEMBLEMENT A 10H30 BD COSMAO DUMANOIR A LORIENT

 

Le syndicat CGT Navale Rohu Lanester appelle les salariés à poursuivre le combat contre les ordonnances Macron avec les reculs sociaux quelles vont impliquer !

C’est l’ouverture aux licenciements, sans crainte pour le patronat, en cas de licenciement abusif car les indemnités  sont plafonnées. Le gouvernement ayant même créé un simulateur pour les calculer !

C’est aussi la diminution des droits des représentants des salariés, la baisse des salaires et l’augmentation du temps de travail en cas d’accord.

 

Chez Kership Lorient les accords ont été supprimés et les négociations n’avancent pas, la direction ne souhaitant pas pour l’instant améliorer le contenu social. Il y a donc matière à se rebeller…

 

Mais demain, c’est la sécurité sociale qui est dans la ligne de mire du gouvernement et du patronat, avec dès le 1er janvier prochain la suppression de la cotisation maladie et la baisse de la cotisation chômage avant la suppression totale en octobre, pour soi-disant améliorer votre pouvoir d’achat.

C’est votre salaire indirect que l’Etat touche, celui qui sert à la solidarité nationale en cas de maladie ou de perte d’emploi…quand il n’y aura plus rien ils vous proposeront des assurances privées et très chères !

2018 sera l’année de la casse du restant, les retraites vont être attaquées, les services publics, Pôle Emploi, etc.

Vous avez le droit de ne rien faire, mais après ne venez pas dire que vous ne saviez pas !

 

JEUDI 16 NOVEMBRE DEBRAYAGE DE 10H15 A 12H15

ET PLUS POUR CEUX QUI LE SOUHAITENT

(Un préavis de 24h a été déposé en préfecture par la CGT)

 

Ceux qui luttent peuvent perdre, mais ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu !

Posté par CGT NAVALE ROHU à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2017

Une situation de souffrance morale au travail peut justifier un droit de retrait des salariés.

C’est vrai, comme en témoigne une jurisprudence du 31 mai 2017.

 

Le droit du retrait est un mécanisme légal qui permet à tout salarié de se retirer d’une situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie et sa santé (article L. 4131-1 du code du travail). C’est bien au salarié de se faire juge de la situation.

Cependant, il n’a pas à prouver noir sur blanc qu’il y a danger grave et imminent, il doit juste avoir un motif raisonnable  de penser  qu’il en existe un.

 

Pour autant, il n’est jamais facile d’apprécier la situation. D’où l’intérêt d’avoir à sa disposition un maximum d’exemples de jurisprudence qui pourront permettre aux membres du CHSCT d’aider le salarié à trouver un cas qui se rapproche le plus possible de celui dans lequel il se trouve.

 

Le droit de retrait, c’est vraiment du cas par cas.

 

Dans cette affaire (Cass. Soc., 31 mai 2017, n° 15-29.225), les juges ont considéré que la souffrance morale à laquelle étaient confrontés plusieurs salariés d’une entreprise de BTP constituait bien un motif raisonnable de penser que la situation présentait un danger  imminent. Le droit de retrait était donc pleinement justifié.

Et pour cause, le médecin du travail lui-même avait déjà attiré l’attention de l’employeur sur « l’émergence d’une souffrance morale chez un certain nombre de salariés ». Saisis à plusieurs reprises par les délégués du personnel pour des situations de souffrance morale, il avait pu vérifier sur le terrain la réalité de ces situations.

De plus, une enquête sur le stress au travail avait conclu à « l’existence  d’un risque de stress lié à un ressenti par les membres du personnel d’un manque de soutien de l’encadrement et à moindre degré de leur collègues ».

 

Identifier un salarié en souffrance

Voici une liste non exhaustive  de quelques signaux d’alerte pouvant aider à apprécier la situation, notamment en dialoguant avec la personne, ses collègues et son supérieur hiérarchique :

  • Difficultés sans précédent à atteindre la performance et les délais fixés, réalisation d’erreurs, etc.
  • Apparition de fatigue, de nervosité, d’irritabilité, de repli sur soi, de baisse de motivation, de tristesse, etc. que le salarié ne manifestait pas auparavant.
  • Modification du comportement : demande d’aide fréquente, évitement de certaines situations, consommation accrue de café, longues heures de travail, présence du salarié lors de ses jours de congé, agressivité et conflits avec des collègues ou des clients, etc.

 

Prendre en charge un salarié en souffrance : alerter l’employeur et l’encadrement et orienter le salarié vers les professionnels : médecin du travail ou médecin traitant, etc.

Posté par CGT NAVALE ROHU à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2017

UN AN DEJA, MAIS QUEL AVENIR EN 2018 ?

Le 7 octobre cela fera un an, que Kership Lorient a repris le site du Rohu !

Rappelez-vous ce qui vous avait été dit par les deux actionnaires Piriou et DCNS :

« Nous venons là sur du long terme, nous sommes des industriels avec des perspectives pour 5 ans, il y a des commandes : CG56, BSAH et un engagement fort de DCNS avec 50 000 heures données chaque année au Rohu. »

C’est vrai que dès le début et jusqu’à maintenant il y a eu de l’activité. Cette activité a donné du travail constamment aux salariés de Kership et à quelques sous-traitants locaux mais a surtout développée le dumping social en faisant appel aux travailleurs détachés et qui n'a pas permis au bassin lorientais d'en profiter totalement.

Il y a eu de l’intérim, mais sans aucune embauche en production comme c’était promis, avec 30 embauches prévues en 5 ans. Un salarié partant en retraite a été remplacé et 3 cadres et 2 ETDA ont été embauchés.

Le problème c’est que cela ne risque plus d’arriver, car le plan de charge pour 2018 est inexistant si ce n’est quelques jonctions de blocs à faire sur le site de Naval Group, qui lui aussi est en sous charge en production, certains ouvriers étant parti sur Cherbourg ou Toulon en déplacement.

Les trois mois qui nous séparent de l’an prochain permettent simplement d’avancer des blocs Fremm au Rohu, pourtant prévu plus tard et aux salariés du chantier Piriou de finir l’armement du BSAH 3.

 

Il y a le feu au lac, car sans commandes nous savons tous comment cela se passe dans une entreprise.  Après avoir connu le lancement d’un PSE il y a bientôt 3 ans, nous espérons autre chose de nos nouveaux propriétaires.

Pour l’instant rien n’est perdu, mais c’est à notre direction de nous apporter des garanties très rapidement sur la continuité de l’activité, d’apporter de nouvelles commandes comme elle l’avait annoncé en début d’année ou sinon le syndicat CGT appellera les salariés à se mobiliser contre cette mascarade.

Nous en appellerons aux élus locaux qui ont soutenu cette reprise par les deux actionnaires actuels, à se mettre en marche pour sauver le chantier du Rohu, comme ils ont avalisé il y a un an la reprise du chantier à STX !

 

Allons-nous vers un nouveau PSE ?

Si c'est le cas les salariés ne l’accepteront pas les bras croisés !

 

Posté par CGT NAVALE ROHU à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,